Les langues

, par Webmestre

Les langues constituent une force essentielle dans le monde ouvert où nous vivons. Pour cela, l’AFLEC s’est dotée d’une Charte des Langues.

L’AFLEC propose un dispositif d’apprentissage des langues qu’elle intitule « classes internationales ». Ce dispositif est complété, sous forme d’activités péri-scolaires, par la « Cambridge line » qui prépare en langue anglaise les élèves aux certifications de Cambridge .

Si elle vise effectivement le bilinguisme de ses élèves, c’est-à-dire s’exprimer avec aisance dans deux langues, L’AFLEC ne souhaite pas privilégier les classes dites « bilingues » qui consacrent 50% du temps scolaire à un enseignement en langue anglaise. Enseigner 50% du temps scolaire en langue française et 50% en langue anglaise, c’est prendre le risque de ne pas pouvoir offrir aux élèves non francophones un niveau de langue suffisant. Quant-à la mise en place d’un « option bilingue » réservée aux élèves qui disposent d’un bon niveau de langue française, l’Aflec, au nom de l’égalité des chances et des poursuites d’études, ne souhaite pas en faire un dispositif généralisé.

 Les classes internationales

Elles concernent tous les élèves d’un niveau dans les classes primaires. Elles commencent dès la maternelle et plus précisément dès que l’élève a acquis les éléments fondamentaux de la langue française.

Le dispositif présente trois volets. Chaque volet occupe un certain pourcentage du volume horaire mis à disposition du niveau concerné, quel que soit ce volume.

Enseignement de langue : 50% à 55% du volume annuel total

Il s’agit d’un enseignement de langue (vocabulaire, grammaire, textes, etc.) en langue anglaise. Cet enseignement peut fait l’objet de groupes de niveau.

Ce pourcentage peut être réduit à 30% dans le cycle 1 où cet enseignement, orienté essentiellement vers l’apprentissage des phonèmes, est naturellement moins important. Ceci a pour conséquence d’augmenter d’autant les autres modalités ci-dessous.

Activités ou disciplines non linguistiques : 30% à 35% du volume annuel

Il s’agit de pratiquer en langue anglaise un bouquet d’activités ou disciplines dont l’objet n’est pas de nature linguistique.

Il peut s’agir d’activités comme le découpage, le coloriage ou de disciplines comme le sport, les mathématiques, etc.

Ces activités peuvent représenter 50% de l’enseignement de la langue anglaise au cycle 1.

Éducation a la culture idiomatique vivante : 10% à 15% du volume annuel

Connaitre une langue c’est aussi connaitre ce que tout enfant natif apprend dès le plus jeune âge : les chansons, les comptines, les histoires ou légendes qui composent le ciment idiomatique de la langue.

Ce bloc annuel est augmenté à 20% au cycle 1.

 Les certifications

Elles prennent une importance croissante avec la mondialisation. En effet, les résultats scolaires et diplômes de niveau, délivrés par les systèmes éducatifs, sont la plupart du temps ignorés en dehors du système scolaire qui les a proclamés.

En revanche les certifications font l’objet de considération bien au-delà des limites du système scolaire d’origine.

C’est pourquoi l’AFLEC encourage le plus grand nombre d’élèves à acquérir le niveau nécessaire pour obtenir ces certifications et met en place un dispositif de préparation aux épreuves qui sont demandées.

Cambridge line

Une préparation d’un volume horaire de 50 heures annuelles, environ, réparties selon les exigences de l’enseignant, est proposée, sous forme d’activités extrascolaires, aux élèves volontaires.

Elles ne sont pas faites pour rattraper un niveau insuffisant ou offrir un soutien en langue anglaise, mais pour s’entrainer aux épreuves de la certification Cambridge préparée. Un test d’entrée peut être demandé pour s’assurer que l’écart entre le niveau de l’élève et la certification demandée n’est pas trop grand.

S’appuyant sur le Cadre Européen de Référence pour les Langues, cette préparation regroupe des élèves de même niveau de langue mais de classes et niveaux différents, sur des plages horaires fixées en dehors des heures de cours.